Équité, diversité, inclusion, et décolonisation

Nous nous opposons à toute forme de sectarisme, de préjudice, et d'injustice, et depuis notre création en 1996, nous avons étendu notre engagement en soutien à l'équité, la diversité, l’inclusion, et, plus récemment, la décolonisation.

Le travail se poursuit, et nous souhaitons que vous y participiez. Revenez sur cette page pour plus d'informations ou envoyez un courriel à l’adresse contact@federationhss.ca.

2021 –

La Fédération approuve la Charte sur l’EDID dans le domaine des sciences humaines

Le 8 avril 2021, nous avons approuvé la Charte sur l’équité, la diversité, l’inclusion, et la décolonisation (EDID) dans les sciences humaines.
 
Notre approbation de la Charte a pour but de surmonter les obstacles qui affectent négativement les cheminements de carrière et les expériences vécues des personnes issues de diverses communautés, notamment les femmes; les peuples des Premières Nations, les Inuits et les Métis, les membres des communautés racialisées; les personnes handicapées; les membres des communautés LGBTQ2S+; ainsi que les communautés linguistiques, religieuses et culturelles. 

Nous encourageons nos associations membres, institutions, entreprises affiliées, ainsi que les particuliers à lire, discuter, soutenir et promouvoir la Charte.

Le Comité consultatif du Congrès sur l’EDID publie son rapport final intitulé « Créer une étincelle pour le changement »

La Charte a été élaborée par le Comité consultatif indépendant du Congrès sur l’EDID. Il s’agit d’un élément clé de « Créer une étincelle pour le changement », nom qui désigne le rapport final et les recommandations du Comité. Le rapport final « Créer une étincelle pour le changement » constitue à la fois un appel à l’action et une ressource précieuse, qui nous aide à reconnaître et à éliminer les obstacles à une participation équitable, diversifiée et inclusive à nos événements, en particulier au Congrès des sciences humaines, qui représente le congrès académique le plus prestigieux au Canada. 

Guidés par le travail du Comité, nous avons renforcé notre soutien historique à l’EDI afin d’inclure la décolonisation — « le deuxième D » de l’acronyme EDID — et nous appuyons des conversations essentielles sur le colonialisme, le racisme anti-Noir.e.s et d’autres problèmes urgents liés à la justice sociale et raciale.

2020 –

La Fédération nomme un Comité consultatif du Congrès sur l’EDID

« En tant que plus grand rassemblement du milieu universitaire au Canada, le Congrès donne annuellement à plus de 8 000 expert.e.s l’occasion d’avoir des discussions cruciales, de former et de renforcer des réseaux et de promouvoir le travail incroyablement utile effectué dans le domaine des sciences humaines. Nous avons le devoir d’offrir les possibilités et les avantages du Congrès à tous les membres de notre communauté. » Lire l'annonce

La fédération lance un examen de son programme Prix du Canada

Le programme Prix du Canada est actuellement en cours de révision afin d’y apporter toutes les modifications nécessaires à l’appui de la réconciliation entre les peuples autochtones et non-autochtones, de la lutte contre le racisme anti-Noir.e.s et de l’intégration inconditionnelle des principes d'équité, de diversité, d’inclusion, et de décolonisation dans le programme.

2019 – 

La Fédération adopte un nouveau Code de conduite

La Fédération exige de ses membres, de ses sociétés affiliées, des participant.e.s à ses activités, qu’elles se déroulent en personne ou en ligne, et des personnes qui les accompagnent, qu’ils respectent le présent Code de conduite, qu’elle peut modifier de temps à autre. Le défaut de s’y conformer peut entraîner des mesures disciplinaires allant jusqu’à la radiation du membre ou son expulsion des activités de la Fédération. Consulter le Code de conduite et la Procédure de l'enquête sur les plaintes liées

2015 – 

La fédération adopte les principes et les processus Pierres de touche de l’espoir

En 2015, la Fédération a adopté les principes et les processus Pierres de touche de l’espoir afin de guider son travail sur la réconciliation. Dans ce cadre, la réconciliation est reconnue comme étant un mouvement qui doit être élaboré et durable – il ne s’agit pas un événement ou d’un projet à court terme.

Les cinq principes de base des Pierres de touche comprennent :

  • Reconnaître le droit des Autochtones à l’autodétermination;
  • Le besoin d’adopter une approche holistique afin de promouvoir la réconciliation;
  • Respecter les cultures et les langues autochtones et reconnaître que l’Université est fortement influencée par les cultures occidentales;
  • Le besoin d’interventions structurelles afin de remédier au système qui défavorise les Autochtones et aux torts historiques; et
  • Non-discrimination : s’assurer que le droit des peuples autochtones à ne pas subir de discrimination est respecté dans l’ensemble du milieu universitaire.

Ces principes sont au cœur du processus de réconciliation en quatre phases : vérité, reconnaissance, réparation et restauration des liens.

Consultez le communiqué de presse de la Fédération annonçant notre engagement

2010 – Présent

Au cours de la dernière décennie, notre série de blogues intitulée Equity Matters / Questions d’équité a reçu des centaines de contributions d’universitaires intéressés à entamer un dialogue éclairé sur les défis complexes auxquels sont confrontés les membres des groupes dignes d’équité. La série de blogues sert de plate-forme importante pour l’enseignement et les débats scientifiques portant sur les questions d’équité et de diversité au Canada.

Vous trouverez toutes les contributions d’Equity Matters / Questions d’équité en sélectionnant l’intitulé Équité, Diversité, Inclusion, Décolonisation dans le Pôle ressources.

En guise de soutien à la Décennie des Nations Unies pour les personnes d’ascendance africaine, la Fédération reconnaît la nécessité de renforcer la coopération nationale, régionale et internationale en ce qui concerne la pleine jouissance des droits économiques, sociaux, culturels, civils et politiques des personnes d’ascendance africaine, ainsi que leur participation égale à la société. De plus, la Fédération reconnaît l’obligation de promouvoir l’esprit et l’intention de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (DNUDPA), afin de faire progresser la réconciliation et la décolonisation, et de s’engager de manière significative avec les peuples, les cultures et les modes de connaissance autochtones 

Sur le même sujet