Le sport est-il un moyen d'auto-détermination pour les Autochtones au Canada?

Balado
27 mars 2023

 

 

Description | À propos des invité.e.s | Transcription | Suivez nous

 

Description

Le sport n'est pas seulement un jeu et un moyen de s'amuser, il reflète également une partie plus profonde de notre identité et de notre provenance. La conversation d'aujourd'hui porte sur le sport autochtone et son rapport avec l'auto-détermination et la régénération culturelle.

Pour la conversation d'aujourd'hui, Miller est rejoins par Allan Downey, professeur agrégé au département d'histoire et d'études autochtones de l'Université McMaster et Janice Forsyth, professeure en culture physique et bien-être autochtone à l'Université de la Colombie-Britannique.

 

À propos des invité.e.s

Headshot of Allan Downey

Allan Downey est Dakelh, Nak'azdli Whut'en et professeur agrégé au département d'histoire et d'études autochtones de l'Université McMaster.

Il a été président du programme d'études autochtones et professeur adjoint au département d'histoire et d'études classiques de l'Université McGill de 2015 à 2018.

Auteur de "The Creator's game", ses recherches actuelles portent sur l'histoire des monteurs de charpentes métalliques autochtones de la ville de New York, qu'il considère comme un moyen d'appréhender l'autodétermination et l'appartenance à une nation. 

 

 

Allan Downey dans les nouvelles 


Headshot of Janice Forsyth

 Janice Forsyth est professeure de culture physique et de bien-être autochtone à l'Université de la Colombie-Britannique. Elle est membre de la nation Fisher River Cree. Son travail combie l'histoire et la sciologie pour explorer la relation entre le sport et la culture du point de vue des autochtones. Elle s'intéresse à la façon dont les sports organisés ont été utilisés comme outils de colonisation et à la façon dont les peuples autochtones ont repris ces mêmes activités à des fins de régénération culturelle et de survie.

Elle travaille souvent avec les gouvernements et les organisations à but non lucratif afin de multiplier et d'améliorer les possibilités offertes aux populations autochtones en matière de sport et d'activité physique.

Auteure du livre "Reclaiming Tom Longboat: Indigenous Self-Determination in Canadian Sport" - lauréate du 2021 North American Society for Sport History Book Award [Prix du livre de la Société nord-américaine d'histoire du sport 2021].

 

Janice Forsyth dans les nouvelles

[00:00:00] Gabriel Miller : Bienvenue sur le balado Voir Grand, où nous nous entretenons avec d'éminent.e.s chercheur.euse.s au sujet de leurs travaux sur certaines des questions les plus importantes et les plus intéressantes de notre époque. Je m'appelle Gabriel Miller et je suis le président et chef de la direction de la Fédération des sciences humaines. 

[00:00:23] Le sport n'est pas seulement un jeu et un moyen de s'amuser, c'est une partie plus profonde de qui nous sommes et d'où nous venons. La conversation d'aujourd'hui porte sur le sport autochtone et son lien avec l'auto-détermination et la régénération culturelle. Je suis accompagné d'Allan Downey, professeur agrégé au département d'histoire et d'études autochtones de l'Université McMaster, et de Janice Forsyth, professeure en culture physique et bien-être autochtone à l'Université de la Colombie-Britannique.

[00:00:53] Je suis un homme de 47 ans qui fait du sport et qui regarde le sport, et je ne suis pas tout à fait capable d'expliquer pourquoi. Mais si vous me posiez la question, je dirais probablement que cela me ramène à mon enfance. Et je me demande pour vous deux, et je vais commencer par vous, Allan, avec cette question, ce que le sport signifiait pour vous pendant votre enfance, et ce dont vous vous souvenez sur la façon dont il vous a façonné.

[00:01:25] Allan Downey : Le sport a joué un rôle essentiel dans ma vie, toute ma vie, parce que je suis Dakelh de Nak'azdli Whut'en et du clan Lusilyoo ou Frog clan du centre de la Colombie-Britannique. Ma famille est originaire du centre de la Colombie-Britannique et j'ai grandi à Waterloo, en Ontario, juste à l'extérieur de Toronto, en Ontario. En tant que jeune Autochtone vivant en milieu urbain, l'une des choses que le sport m'a apportées en tant que jeune Autochtone, c'est un lien avec mon indigénéité, mon sentiment d'identité et mon sentiment d'appartenance à ma communauté.

[00:01:58] Et cela s'est passé de la manière suivante : j'ai commencé à jouer à Lacrosse. J'ai commencé à jouer à Lacrosse à l'âge de 10 ans, et j'ai toujours su que c'était un sport autochtone.

[00:02:07] Il est bien connu dans les milieux de Lacrosse, les milieux sportifs, que Lacrosse est un jeu autochtone. Donc, en tant que jeune Autochtone ayant grandi en milieu urbain, j'ai été attiré par cela, j'ai été attiré par le fait que moi, en tant qu'Autochtone ayant grandi en milieu urbain, j'étais lié à quelque chose d'autochtone et à quelque chose de très important au sein de nos communautés.

[00:02:34] Bien sûr, mon lien avec ma communauté, ma communauté d'origine, et mon lien continu avec cela, les enseignements que ma mère m'a transmis ont tous été très importants dans la formation de mon identité en tant qu'Autochtone, mais j'ai vraiment gravité vers ce sport Autochtone et j'ai entendu des histoires d'athlètes autochtones et des histoires de grands joueurs autochtones, pas seulement des joueurs, mais des équipes et des mouvements à mesure que j'avançais en âge.

[00:03:08] C'était donc un voyage incroyable qui m'a permis d'entrer en contact avec ce sport et ce jeu autochtone. J'ai eu l'impression que cela me reliait à d'autres communautés autochtones autour desquelles j'ai grandi, en particulier les Six Nations et Akwesasne quand j'étais plus jeune. 

[00:03:24] Gabriel Miller : Janice, et vous? Quels sont vos souvenirs de ce que le sport représentait pour vous lorsque vous étiez enfant?

[00:03:30] Janice Forsyth : Moi aussi, j'ai grandi hors réserve. Du côté de ma mère, ma famille est originaire de Fisher River et de Peguis, deux communautés sœurs situées à environ deux heures au nord de Winnipeg, et à un moment donné, ma mère et ma grand-mère ont quitté la réserve,

[00:03:45] l'homme avec qui ma mère est finalement restée, celui que j'appelle mon père, ils ont décidé que le sport serait une bonne chose pour moi. Et je pense qu'en tant qu'enfant, vous n'avez pas vraiment le choix, en termes de ce que vous faites, vos intérêts sont façonnés par ce que vous pensez que votre famille, vos soignants ou votre communauté pensent que vous devriez faire.

[00:04:07] Gabriel Miller : Mm-hmm. 

[00:04:08] Janice Forsyth : Ils ont donc économisé leur argent, ce qui était assez incroyable parce que nous étions assez pauvres, et m'ont inscrite à ce que j'appellerais un sport d'enfants riches. J'ai donc fait du patinage artistique pendant un certain temps, de l'équitation et du ballet. Je pense que ce que j'ai retenu du sport à un âge assez jeune, parce que j'étais, d'une certaine manière, assez consciente de moi-même, c'est le processus d'aliénation, le fait de ne pas se sentir à sa place dans ces sports d'enfants riches où les enfants étaient principalement blancs.

[00:04:33] Je me suis donc retrouvée à jouer, à concourir et à apprendre à leurs côtés, tout en me sentant très différente et en pratiquant des sports très sexués alors que je grandissais en tant que jeune femme et que je ne me sentais pas tout à fait comme ces sports, pour moi, ce n'était pas l'idée que je me faisais d'une féminité appropriée, de ce que je voulais être en tant que jeune femme.

[00:04:56] Je ne sais pas exactement d'où elles viennent. Il est souvent difficile d'identifier les choses que l'on apprend. En ce qui me concerne, je pense que mes premières expériences dans le sport ont été le point de départ de ma réflexion actuelle, de mes compétences critiques dans cette optique que j'apporte au sport. Je n'ai pas toujours célébré le sport.

[00:05:15] Je pense qu'en fait, dès mon plus jeune âge, j'ai toujours été engagée d'une manière différente, même si je n'arrivais pas à en comprendre le sens quand j'étais jeune. 

[00:05:22] Gabriel Miller : Est-ce que l'étude du sport et de sa relation avec l'indigénéité, est-ce que dans votre esprit, quand vous y repensez, cela faisait partie d'une tentative d'exercice ou de détermination pour vous-même de la façon de vous exprimer dans un environnement athlétique, euh,. Était-ce presque votre propre auto-détermination en ce qui concerne le sport?

[00:05:42] Janice Forsyth : Je pense que oui. Je pense que beaucoup d'élèves que je vois arriver dans le système scolaire, y compris les élèves autochtones, essaient toujours de se trouver eux-mêmes et de faire le lien entre leur compréhension de la vie et ce qu'ils étudient.

[00:05:54] Et pourtant, il ne s'agit pas toujours de trouver un emploi. Ils sont vraiment à la recherche de quelque chose de plus grand et de la compréhension. Et quand je repense à mon propre parcours universitaire, je vois la même chose. Hum, et c'était un défi parce que quand vous êtes, quand je suis arrivée à l'université dans les années 1990, il n'y avait pas beaucoup d'opportunités d'étudier le sport.

[00:06:15] Je venais d'apprendre l'histoire et les historiens ne pensaient pas que le sport était un domaine intéressant, tandis que la kinésiologie l'était, il y a juste eu un intérêt naissant pour l'étude socioculturelle du sport. J'ai donc toujours été attirée par cette discipline, en essayant de comprendre et de donner un sens à ma propre vie à travers le sport.

[00:06:34] Parce que c'était un élément tellement formateur pour moi quand j'étais au lycée. J'étais une bien meilleur athlète qu'une étudiante. Je passais probablement plus de temps à faire du sport qu'en classe. Et je me souviens qu'un.e de mes ami.e.s proches m'a dit à un moment donné que si tu passais la moitié du temps à étudier qu'à faire du sport, tu serais une très bon étudiante.

[00:06:53] C'était une partie importante de ma propre [...] et parcous académique, j'ai toujours essayé de trouver du sens et je pense que j'ai vraiment de la chance d'être ici, d'avoir un travail qui me permet d'étudier cela, car je ne pensais pas que c'était possible quand j'étais à l'université.

[00:07:12] Gabriel Miller : Vous savez, c'est vraiment intéressant de réfléchir à ce processus qui consiste à faire quelque chose, à s'y engager, puis à décider de l'examiner et de l'étudier et, dans votre cas, d'en faire une partie de votre carrière pour réfléchir à ce que, euh, on peut en apprendre. Et c'est particulièrement intéressant lorsqu'il s'agit de quelque chose comme le sport, où une chose qui ressort de la préparation de la conversation d'aujourd'hui, c'est que nous avons cette relation mitigée

[00:07:42] où on est obsédé avec culturellement de plusieurs manières, à de nombreuses reprises on s'y dédie mais il y a aussi ce sentiment que c'est trivial, et j'imagine que dans un cadre universitaire, le choix d'étudier ce sujet consiste en partie à admettre qu'il va falloir surmonter le scepticisme qui a existé dans le passé à l'idée de consacrer une conversation et une réflexion à ce sujet.

[00:08:07] Allan, cela me fait penser à votre livre "The Creator's Game", une histoire de Lacrosse, même si je ne pense pas que cela lui rende vraiment justice. Je l'ai feuilleté à nouveau aujourd'hui, et le mélange des genres qu'il contient est vraiment frappant. Qu'est-ce qui vous a inspiré pour l'écrire? 

[00:08:25] Allan Downey : Je dirais que ce sont les communautés autochtones, comme les jeunes Autochtones avec lesquels je travaillais, qui m'ont inspiré pour écrire ce livre.

[00:08:33] J'ai donc eu la chance, tout au long de ma vie, de pouvoir jouer à Lacrosse, et non seulement d'y jouer, mais d'y jouer à un haut niveau. J'ai donc obtenu une bourse d'études pour Lacrosse et j'ai été recruté comme joueur professionnel. C'était une grande partie de ma vie et je travaillais beaucoup avec les jeunes Autochtones, dans le cadre de camps de Lacrosse, et lorsque j'ai fait mes études supérieures, j'ai commencé à organiser des camps de Lacrosse et d'histoire, qui m'ont vraiment incité à réfléchir à ces histoires et à les analyser d'un œil critique.

[00:09:01] Mon expérience vécue dans le sport a été déterminante dans la façon dont j'ai abordé les histoires sportives que j'ai entendues. En arrivant, j'étais vraiment intéressé et fasciné par le langage ou l'acquisition du langage académique pour pouvoir articuler les expériences que j'avais vécues, qu'il s'agisse de racisme ou de performances indiennes lorsque je jouais pour des équipes non-autochtones.

[00:09:28] Et je faisais l'expérience de ce racisme envers d'autres athlètes autochtones et d'autres équipes autochtones. Mais nos entraîneurs, qu'il s'agisse des entraîneurs ou de mes coéquipiers, disaient : "Oh, Allan est un bon Indien". Parce qu'ils savaient que j'étais vocalement Autochtone et qu'"Allan était un bon Indien", mais je n'avais pas la langue pour exprimer cette expérience.

[00:09:50] Et c'est l'une des choses que l'académie et la formation que j'ai reçue en histoire m'ont permis de faire, c'est d'être capable d'articuler ce type de langage et de partager ces histoires avec les gens. En même temps, je ne considère vraiment pas "The Creator's Game" comme un livre de sport. Et je sais que la plupart des gens le voient comme un livre de sport, et c'est très bien ainsi.

[00:10:09] Je m'en réjouis, mais ce qui m'intéresse le plus dans ma carrière, c'est d'étudier l'histoire des nations, de la souveraineté et de l'auto-détermination. Ce qui m'intéresse le plus, c'est de partager les histoires de ces trois choses. De la nation autochtone, de la souveraineté autochtone, de l'auto-détermination autochtone en utilisant dans le passé le sport comme véhicule.

[00:10:30] J'aborde maintenant un nouveau sujet en dehors du sport, celui des ouvriers sidérurgiques autochtones. Mais une fois encore, je me penche sur l'histoire de la souveraineté et de l'auto-détermination des nations autochtones. 

[00:10:40] Gabriel Miller : Permettez-moi de rester sur ce thème de l'auto-détermination, de la nation et de la souveraineté avec vous, Allan, et ensuite je vais revenir à Janice, parce que, en pensant à la conversation, j'ai été frappé par cette idée de génération et de régénération.

[00:11:00] L'idée de ces, bien, dans ce cas, les sports, mais je pense que comme vous le dites, la même dynamique serait probablement perçue dans toutes sortes de domaines de la vie où quelque chose est, peut être à la fois un outil de colonisation et une expression de l'indigénéité, et le processus de triage de la façon dont ces choses vont contribuer à l'identité de quelqu'un.

[00:11:25] Je voulais donc vous demander, vous savez, vous semblez avoir vécu une expérience très forte en tant qu'enfant en découvrant Lacrosse et en y trouvant votre place, et je suppose que vous avez appris plus tard que Lacrosse elle-même était utilisée comme, faute d'un meilleur terme, dans mon cas, coloniale, une forme d'oppression coloniale ou d'assimilation.

[00:11:48] Lorsque vous avez appris cela, cela a-t-il eu une incidence sur la façon dont vous avez perçu le jeu? 

[00:11:52] Allan Downey : Oui, certainement. J'ai été inspiré par les histoires de souveraineté et d'auto-détermination des nations autochtones que j'ai rencontrées, ce qui m'a fait changer d'avis, m'a fait changer d'avis politiquement, et je me considère comme un souverainiste autochtone. Je me concentre sur l'auto-détermination et la souveraineté autochtones.

[00:12:13] L'histoire du jeu et la façon dont les peuples autochtones ont survécu malgré le colonialisme et le génocide ciblé des peuples autochtones ont été une véritable source d'inspiration, de même que la façon dont les athlètes autochtones ont créé des équipes de Lacrosse alors qu'elles étaient interdites et qu'elles étaient dans les années 1930 en train de créer des équipes de Lacrosse après une interdiction datant des années 1880.

[00:12:41] Cette canadianité, ce genre d'enthousiastes de Lacrosse canadienne, ces enthousiastes du sport en général, ont pris ce jeu, se le sont approprié, alors qu'il s'agissait d'un élément essentiel et significatif des cultures et épistémologies autochtones, l'ont pris et l'ont remodelé, et ont tenté de formuler une identité canadienne à travers ce sport, une identité nationale.

[00:13:02] Ce qui finit par se produire, c'est qu'ils finissent par bannir les joueurs autochtones de leur propre jeu, mais cela ne s'arrête pas là. Ce qui est incroyable, c'est que l'idée que Lacrosse est un jeu canadien devient si puissante, si omniprésente dans l'esprit des Canadiens, qu'ils l'introduisent dans les pensionnats pour assimiler les jeunes autochtones.

[00:13:23] Ce que j'ai vraiment aimé dans cette recherche et dans la rédaction de ce livre, c'est que l'histoire ne s'est jamais arrêtée là. Les peuples autochtones n'ont jamais été définis par leur relation ou leur capacité à jouer ou à ne pas jouer avec des Canadiens non-autochtones dans le domaine du sport, et même le colonialisme ciblé comme les pensionnats, bien qu'il s'agisse d'une partie importante de la vie des autochtones.

[00:13:46] Et ce qui s'est passé, c'est le génocide des peuples autochtones, la tentative de génocide des peuples autochtones. Il y a aussi des espaces dans lesquels les communautés autochtones se sont forgées et continuent de se forger ce qu'Audra Simpson appellerait des souverainetés imbriquées. Leur capacité à rester indépendantes, à rester des communautés et des nations autodéterminées en dépit de tout cela.

[00:14:08] C'était donc incroyable de voir les histoires, par exemple, de la création des nations Iroquoises dans les années 1980 et d'avoir une équipe de Lacrosse qui représente les Haudenosaunee en tant que nation souveraine dans le cadre d'une compétition internationale. Pouvoir raconter ces histoires était tout simplement incroyable.

[00:14:24] La dernière chose que je dirai à ce sujet est que je ne veux pas que l'on pense que ce projet a été réalisé seul ou que j'ai simplement la chance d'avoir le temps et l'espace pour pouvoir partager la brillance autochtone de ces communautés autochtones et de ces détenteurs de savoirs. C'est pourquoi j'ai vraiment apprécié tous les efforts et l'énergie qu'ils m'ont consacrés pour partager ces histoires.

[00:14:50] Gabriel Miller : Janice, vous avez écrit un livre intitulé "Reclaiming Tom Longboat: Indigenous Self-Determination in Canadian Sport". Dans ce livre, et je pense dans vos autres travaux, vous vous êtes également attaquée à cette relation complexe entre le sport, le colonialisme et l'auto-détermination. On vous pose souvent des questions sur le premier chapitre de ce livre et sur le lien entre le sport et la décolonisation.

[00:15:23] Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet?

[00:15:24] Janice Forsyth : Euh, je pense qu'il est important de commencer en disant que je travaille aussi beaucoup dans le secteur non lucratif, en dehors de l'université, et que cela éclaire les questions que j'apporte au travail que je fais. J'aime donc cette interaction entre ce que j'ai appris à l'université et mes relations en dehors de l'université, et ce que j'apprendrai grâce à cela.

[00:15:41] Au fil des ans, j'ai rencontré de nombreuses personnes, y compris des Autochtones, qui s'intéressent vraiment à l'idée de défaire le colonialisme par le biais du sport. Il semble que ce soit ce qu'ils veulent faire et la manière dont ils considèrent le sport comme un outil pour ce que nous pourrions appeler la décolonisation.

[00:15:58] Même si je dirais que, dans le domaine du sport et de l'activité physique, nous ne passons pas assez de temps à parler de ce que cela signifie conceptuellement et pratiquement. Cela conduit à une mauvaise identification de ce que les gens pensent faire.

[00:16:11] Mais en général, je pense que les gens sont très intéressés et il est intéressant de voir comment ils se tournent vers le premier chapitre, qui est une introduction à un aperçu historique de la colonisation du sport au Canada et le travail d'Allan qui traite du sport à travers les systèmes de pensionnats, la politique et la législation, et les différentes façons dont le gouvernement s'est emparé du sport et l'a utilisé à ses propres fins d'assimilation.

[00:16:35] Et puis comment les Autochtones essaient de récupérer cette partie de la culture physique ou essaient de récupérer la culture physique dans un effort pour faire avancer leurs propres intérêts politiques et sociaux. Le livre lui-même [...] est intéressant parce que je pense qu'il attire beaucoup de monde.

[00:16:53] Le livre porte vraiment sur les prix Tom Longboat et pas tellement sur Tom Longboat, mais plus généralement, je pense que c'est une bonne introduction à l'histoire de la colonisation au Canada du point de vue du sport. Et je pense que c'est pour cela que les gens l'aiment vraiment. Et je comprends que les gens pensent qu'il est également écrit de manière accessible, ce qui est génial pour moi parce que je ne sais pas ce que ressent Allan, mais parfois j'ai vraiment du mal à essayer d'expliquer ce dont nous parlons dans un langage simple.

[00:17:17] C'est comme essayer de jeter un pont entre deux langues différentes. Vous essayez de maintenir vos références dans l'académie, mais en même temps vous essayez de parler à un public populaire. Et ce n'est pas facile à faire. 

[00:17:27] Gabriel Miller : J'aimerais savoir si vous pouvez tous les deux m'aider à mieux comprendre une idée que j'ai rencontrée, et je vais la décrire du mieux que je peux.

[00:17:37] Je vais commencer par vous, Janice, puis je vous poserai également une version de cette question, Allan. J'ai entendu dire qu'une partie de ce qui distingue le sport autochtone ou la relation entre les peuples Autochtones et le sport, traditionnellement, est que le sport fait partie de leur lien avec la terre.

[00:17:56] Et la complexité de ce qui arrive au sport dans notre société réside en partie dans le fait que cette relation peut être, je pense, dissimulée ou même rompue. Janice, pouvez-vous nous parler un peu de la relation entre le sport et la terre et de la manière dont cette relation est affectée par la façon dont le sport est exercé et géré dans l'Amérique du Nord du 21e siècle?

[00:18:29] Janice Forsyth : Bien sûr. Et je suis vraiment contente que vous ayez posé cette question parce que je pense que, lorsque nous avons des conversations sur le sport, nous ne clarifions pas vraiment ce que nous entendons par sport. Dans un sens, il y a le sport autochtone, qui est un sport dérivé de la culture autochtone, du moins à mon avis, et que les non-autochtones peuvent s'approprier à leurs propres fins, comme Lacrosse, par exemple.

[00:18:53] Il y a aussi les Autochtones dans le sport, c'est-à-dire les Autochtones qui s'impliquent dans des sports et des environnements sportifs classiques qu'ils n'ont pas contrôlés depuis le début. C'est une expérience très différente du sport autochtone en tant que tel. C'est une expérience différente, et Allan en parle dans son livre.

[00:19:13] Je pense que la place de la terre est pertinente pour les deux, dans le sens où les peuples Autochtones ont toujours eu leurs sports et leurs jeux. Ils ont leur propre culture autour du sport. Toutes les cultures du monde ont leurs propres pratiques sportives. Ce n'est pas quelque chose d'unique aux Britanniques. Ils n'ont pas introduit le sport chez nous pour que nous le découvrions ensuite grâce à eux.

[00:19:33] Toutes les cultures du monde ont leur propre forme de culture physique. C'est juste que la culture physique autochtone, les traditions sportives autochtones ont été effacées dans de nombreux cas, oubliées et les peuples Autochtones essaient de les réclamer et de les reconstruire, et leurs sports et jeux ont toujours été liés à la terre parce que c'est de là qu'ils proviennent.

[00:19:52] La terre a donc toujours fait partie de la culture physique autochtone, ce qui permet d'établir un lien entre les peuples autochtones et la terre, entre leurs identités et leurs territoires. La terre est ce qu'ils sont et leur culture physique, leurs sports contribuent à renforcer cette compréhension. En revanche, si l'on considère les sports traditionnels, lorsque je parle à mes étudiants et que je leur demande ce qu'il en est de leur participation au basket-ball, au hockey ou à d'autres sports, je me dis qu'il y a un lien entre le sport et la culture physique autochtone,

[00:20:23] comment cela renforce-t-il votre lien avec la terre et votre propre identité culturelle? Il leur est difficile de répondre à cette question parce qu'ils ne peuvent pas vraiment le faire, car le sport est censé renforcer ce lien avec la terre. L'une des principales différences entre les environnements sportifs traditionnels et les sports traditionnels et autochtones est que les sports traditionnels n'ont aucun lien avec la terre.

[00:20:44] Lorsque les colons sont arrivés et qu'ils ont utilisé le sport comme outil de colonisation, c'est l'une des façons dont le sport a été utilisé comme outil de colonisation parce qu'il les a éloignés de leur terre. Il est certain que les gens s'amusaient en pratiquant le sport. Le sport est devenu un élément important de leur communauté, un élément important de leurs pratiques de santé, un élément important de leur propre compréhension de la socialisation.

[00:21:07] Mais à cause de cette déconnexion de la terre, il est vraiment difficile de construire cela. C'est donc l'une des principales différences entre les sports traditionnels et les sports autochtones, et la place de la terre dans ce complexe. 

[00:21:22] Gabriel Miller : Et ce que je trouve intéressant dans ce que vous dites, c'est que le sport peut aussi être un moyen de se reconnecter, de découvrir ou de générer une identité autochtone si l'on peut se connecter à ce sport et à ses racines dans la culture autochtone. 

[00:21:42] Et donc, à Allan, je me tourne vers vous à ce sujet, l'une des choses qui m'a vraiment frappé en lisant certains de vos travaux, c'est, je n'ai peut-être pas tout à fait compris, mais vous avez dit, vous avez dit à un moment donné dans le "Creator's Game".

[00:21:59] C'est en ramassant une crosse que vous avez retrouvé votre territoire et votre communauté autochtones traditionnels. Que pensez-vous du lien entre le sport, le lieu et la terre?

[00:22:16] Allan Downey : Je pense que le sport peut jouer un rôle important dans la revitalisation des communautés autochtones, y compris dans notre relation avec la terre et les terres, et cela inclut les environnements urbains.

[00:22:27] Je tiens à ce que cela soit clair, car il existe une réciprocité entre le lieu et l'identité, y compris dans les environnements urbains. Il est donc important de s'en souvenir. Mais tout mon travail et tout ce que j'essaie de faire, je considère qu'il y a une résurgence de l'histoire où il y a cette théorie au sein des études autochtones par d'incroyables détenteurs de connaissances, théoriciens et universitaires, en particulier Leanne Simpson.

[00:22:52] Et cela vient en fait d'une personne nommée John Mohawk qui plaide pour que la résurgence ait lieu. Je pense que le sport et l'histoire en général peuvent être une pratique résurgente, que nous pouvons utiliser le sport au sein des communautés autochtones pour jouer un rôle dans la revitalisation de la gouvernance autochtone, des lois autochtones, des langues autochtones, de la souveraineté autochtone et de l'auto-détermination.

[00:23:28] Et nous avons vu cela se produire, et cela inclut nos identités et nos liens avec les terres dont nous sommes originaires et qui sont les nôtres. Une grande partie de mon travail a donc porté sur ce que j'appelle l'idée d'une résurgence de l'histoire, ou j'espère qu'il contribue à cette idée d'une résurgence de l'histoire.

[00:23:48] Et il y en a beaucoup d'autres qui le font. Les travaux de Janice vont dans ce sens, de même qu'en histoire, de manière plus générale, Brittany Luby, Sarah Nickel, et bien d'autres, des universitaires Autochtones qui utilisent l'histoire et la narration comme un moyen de faire renaître une pratique. Si nous connaissons ces histoires, si nous les racontons, elles pourraient contribuer à la revitalisation des communautés autochtones, de la souveraineté autochtone, de l'auto-détermination autochtone, de nos systèmes de gouvernance autochtone, de nos lois autochtones et de nos relations autochtones avec nos terres.

[00:24:24] Je pense donc que le sport a un rôle très important et actif à jouer et qu'il peut y contribuer. 

[00:24:31] Gabriel Miller : Janice, l'une des questions que je voulais vous poser concernait l'état autour de cette conversation, et je pense que beaucoup de Canadien.ne.s, lorsqu'ils repensent aux 12 derniers mois dans le domaine du sport, pensent en partie aux problèmes entourant le hockey dans ce pays et au fait que les comportements et les attitudes ont continué à causer un réel préjudice, en particulier aux femmes dans le cadre de ce sport.

[00:24:59] Et je pense que certains se sont rendu compte que nous n'étions pas aussi avancés dans le traitement de ces questions que nous aurions aimé le penser. Comment décririez-vous l'état de ce discours sur le sport et l'histoire du sport, que ce soit dans le monde universitaire ou dans notre société en général, en ce qui concerne le traitement de certaines de ces questions?

[00:25:24] Sommes-nous en retard? Sommes-nous, à peu près où nous en étions dans d'autres parties de notre société. Que pensez-vous du dialogue autour de la décolonisation et du sport, par exemple? 

[00:25:36] Janice Forsyth : C'est une excellente question. Je pense que la Commission de vérité et réconciliation a ouvert la porte à ces conversations comme rien d'autre n'aurait pu le faire.

[00:25:45] Des universitaires comme Allan et moi-même auraient certainement travaillé sur ces projets, mais je pense que notre travail seul n'aurait pas permis d'impliquer un public plus large et de lui faire prendre conscience de la pertinence de ces conversations. C'est ainsi que la Commission de vérité et réconciliation a fait entrer le sport dans le domaine public comme une discussion importante à mener aux tables de décision.

[00:26:03] D'après mon expérience dans le secteur non lucratif, nous ne sommes pas assez avancé.e.s dans ces conversations, loin de là. C'est pour moi une frustration et une déception. Lorsque je regarde ce que font les autres secteurs, par exemple le secteur de l'éducation ou celui de la santé,

[00:26:20] et d'examiner les conversations qu'ils ont au sein de leurs propres organisations et avec d'autres organisations, et d'élaborer des stratégies qui engagent les peuples autochtones de manière significative afin de faire avancer les choses. Ce n'est en aucun cas parfait, mais au moins ils ont des conversations et nous attendons toujours des dialogues similaires dans le domaine du sport et de l'activité physique.

[00:26:43] Et c'est un problème parce qu'encore une fois, si nous prenons juste le mot "sport" comme exemple, et ici dans ce petit balado nous faisons une distinction entre, ou du moins nous essayons de faire une distinction entre le sport autochtone et ce que cela signifie et comment il est différent et similaire aux peuples autochtones dans le sport et ce que cela signifie.

[00:27:02] Les organisations n'en savent même pas assez pour faire ce genre de distinction. Et puis il y a encore le discours sur le pouvoir des aspects positifs du sport, n'est-ce pas? J'entends souvent dire que nous devons apporter le pouvoir du sport aux gens, et cela conduit à toutes sortes de blanchiment, de lavage du sport, à toutes les idées sur la bienveillance et sur ce que les organisations doivent faire pour les peuples autochtones.

[00:27:21] Ce dont nous avons besoin, c'est de plus de sport, n'est-ce pas? D'après ce que j'entends lorsque je m'assois autour d'une table, que ce soit avec le Cercle sportif autochtone ou avec nos membres régionaux, ou même à l'école, il s'agit d'un dialogue vraiment problématique. Je pense donc que les organisations doivent revenir à l'essentiel, aux premiers principes de la Commission de vérité et réconciliation et commencer à dialoguer sur l'histoire du sport et tout simplement sur le fait que, d'après mon expérience - et je ne sais pas si c'est le cas d'Allan -, je crois au pouvoir des histoires, surtout lorsqu'elles sont bien racontées.

[00:28:01] et il y a un dialogue autour de cela. Mais d'après mon expérience, les histoires n'aideront pas ces organisations à progresser. Cela n'aidera pas les gens à comprendre parce qu'ils repartiront avec leur propre compréhension de ce qu'ils ont entendu. Ils ont ces idées sur la modernité qui sont enveloppées dans des idées sur la bienveillance et le pouvoir de leur compréhension du sport,

[00:28:18] Nous devons revenir à l'essentiel et discuter du rôle du sport et de la colonisation, du rôle du sport et du colonialisme de peuplement, du rôle des relations de pouvoir. Nous devons revenir à l'essentiel et discuter du rôle du sport et de la colonisation, du rôle du sport et du colonialisme de peuplement, du rôle des relations de pouvoir, et commencer à poser d'autres questions telles que : sommes-nous en train de faire de l'indigénisation? Est-ce vraiment ce dont nous avons besoin ici, ou allons-nous nous engager dans la décolonisation?

[00:28:38] Parce qu'il s'agit de deux projets très différents qui requièrent des niveaux d'engagement différents, des types de ressources différents. Parce qu'à l'heure actuelle, personne, pour autant que je sache, ne mène ces dialogues dans le sport à ce niveau, ou du moins dans les cercles que je fréquente. C'est probablement différent lorsque l'on parle de sport autochtone au niveau communautaire, car le niveau le plus pertinent est toujours le niveau local.

[00:28:58] Nous devons revenir à l'essentiel, car le sport est à des kilomètres derrière les autres secteurs, d'après ce que j'ai pu voir. Et je pense que c'est vraiment décevant, surtout quand Allan et moi essayons d'expliquer l'importance du sport aux peuples autochtones et aux communautés autochtones et, et comment ils essaient d'utiliser le sport.

[00:29:14] Mais ces messages sont perdus lorsqu'il quitte ce type d'espace.

[00:29:24] Gabriel Miller : Merci d'avoir écouté le balado Voir Grand et à nos invités, Allan Downey, professeur adjoint au département d'histoire et d'études autochtones de l'Université McMaster, et Janice Forsyth, professeure en culture physique et en bien-être autochtone basé sur la terre à l'Université de la Colombie-Britannique. Je tiens également à remercier nos amis du Conseil de recherches en sciences humaines, dont le soutien rend possible la réalisation de ce balado.

[00:29:48] Enfin, merci à CitedMedia pour son soutien et la production du balado Voir Grand. Suivez-nous pour de nouveaux épisodes sur Spotify, Apple Podcast et Google Podcast, à la prochaine !

Icon of Apple Podcast

Apple Podcast

Icon of Google Podcast

Google Podcast

amazon music logo

Amazon Music

Podcast addict logo

Podcast Addict

iHeartRadio logo

iHeartRadio